Objectifs de certification

CCNA 200-301

  • 3.1 Interpréter les composants d’une table de routage

    • 3.1.a Routing protocol code
    • 3.1.b Prefix
    • 3.1.c Network mask
    • 3.1.d Next hop
    • 3.1.e Administrative distance
    • 3.1.f Metric
    • 3.1.g Gateway of last resort
  • 3.3 Configurer et vérifier le routage statique IPv4 et IPv6

    • 3.3.a Default route
    • 3.3.b Network route
    • 3.3.c Host route
    • 3.3.d Floating static
  • 3.2 Déterminer comment un routeur prend une décision de transfert par défaut

    • 3.2.a Longest match
    • 3.2.b Administrative distance
    • 3.2.c Routing protocol metric

Table de routage Cisco IOS

1. Routage : en bref

  • Les machines qui s’occupent d’acheminer les paquets d’une extrémité à l’autre de l’inter-réseau sont les routeurs.
  • Ils fondent leurs décisions sur base des adresses IP contenues dans les paquets.
  • Un routeur est une sorte de carrefour muni de panneaux indicateurs (table de routage).
  • Ils sont optimisés pour ces tâches (logiciel et matériel).
  • Ils commutent les paquets sur la meilleure interface de sortie.

2. Table de routage d’un routeur

Une table de routage est une sorte de “panneau indicateur” qui donne les routes (les réseaux) joignables à partir du “carrefour” que constitue un routeur. Les paquets arrivent sur une interface de la machine. Pour “router” le paquet, le routeur fondera sa décision en deux temps : d’abord il regarde dans l’en-tête IP le réseau de destination et compare toutes les entrées dont il dispose dans sa table de routage; ensuite, si le réseau de destination est trouvé, il commute le paquet sur le bon port de sortie; si ce réseau n’est pas trouvé, le paquet est jeté.

Un routeur est une sorte de carrefour muni de panneaux indicateurs (table de routage)

3. Eléments d’une table de routage

Le routage IP peut trouvée une analogie avec le système routier ou encore le routage postal.

  • Un réseau de destination et son masque = une ville
  • Une distance administrative/métrique = un kilométrage
  • Une passerelle/une interface de sortie = une direction

Les routes avec la métrique la plus faible sont toujours préférées.

4. Structure d’une table de routage

La table de routage fonctionne en mémoire vive (RAM) et comprend des informations telles que :

  • Les réseaux directement connectés - pour tout réseau directement connecté à une interface.
  • Les réseaux distants joignables - pour tout réseau qui n’est pas directement connecté au routeur.

Des informations détaillées à propos de ces destinations incluent l’adresse du réseau, son masque et l’adresse du prochain saut (routeur) vers la destination.

Les commandes show ip route ou show ipv6 route affichent la table de routage (à condition que le routage IPv6 soit activé avec la commande ipv6 unicast-routing).

5. Routes directement connectées

On ajoute un réseau à la table de routage en activant une interface du routeur.

  • Chaque interface d’un routeur appartient à un bloc réseau différent
  • Une interface est activée avec la commande no shutdown (et avec la commande ipv6 enable avec IPv6)
  • Le réseau “directement connecté “ sera indiqué par un code “C” dans la table de routage

Pour qu’une route statique ou dynamique soit installée dans la table de routage, il faut au minimum un réseau directement connecté (pour transférer les paquets vers une passerelle).

6. Routes locales

Une route locale est une destination (/32ou /128) du routeur lui-même pour adresse routable configurée sur une interface et par opposition à une destination distante.

R1#show ip route

      192.168.1.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C        192.168.1.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L        192.168.1.254/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
      192.168.2.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C        192.168.2.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/1
L        192.168.2.254/32 is directly connected, GigabitEthernet0/1

Alors que routage unicast IPv6 est activé avec la commande ipv6 unicast-routing, on remarque que le trafic multicast IPv6 n’est pas transféré par défaut : via Null0.

R1#show ipv6 route
IPv6 Routing Table - default - 5 entries
C   FD00:192:168:1::/64 [0/0]
     via GigabitEthernet0/0, directly connected
L   FD00:192:168:1::254/128 [0/0]
     via GigabitEthernet0/0, receive
C   FD00:192:168:2::/64 [0/0]
     via GigabitEthernet0/1, directly connected
L   FD00:192:168:2::FE/128 [0/0]
     via GigabitEthernet0/1, receive
L   FF00::/8 [0/0]
     via Null0, receive

7. Routes statiques

Une route statique est une route qui a été encodée manuellement.

Une route statique indique :

  • la destination: le réseau à joindre et son masque
  • La direction : l’adresse IP de la passerelle ou l’interface de sortie

Une route statique est indiquée par un “S” dans la table de routage

La table doit contenir au moins un réseau directement connecté pour qu’une route statique puisse entrer en fonction.

Quand utiliser des routes statiques ?

  • Quand l’inter-réseau n’est constitué que de quelques routeurs
  • Quand le routeur connecte un LAN à un FAI
  • Dans les topologies Hub-and-Spoke (en étoile)
  • Par mesure de sécurité

Examen d’une table de routage

Veuillez identifier les routes “Connected” et “Static” de la table de routage suivante :

Gateway#show ip route
Codes: C - connected, S - static, I - IGRP, R - RIP, M - mobile, B - BGP
       D - EIGRP, EX - EIGRP external, O - OSPF, IA - OSPF inter area
       N1 - OSPF NSSA external type 1, N2 - OSPF NSSA external type 2
       E1 - OSPF external type 1, E2 - OSPF external type 2, E - EGP
       i - IS-IS, L1 - IS-IS level-1, L2 - IS-IS level-2, ia - IS-IS inter area
         * - candidate default, U - per-user static route, o - ODR
       P - periodic downloaded static route

Gateway of last resort is 195.238.2.22 to network 0.0.0.0

C    192.168.1.0/24 is directly connected, FastEthernet0/0
     195.238.2.0/30 is subnetted, 1 subnets
C       195.238.2.20 is directly connected, FastEthernet0/1
S*   0.0.0.0/0 [1/0] via 195.238.2.22

Route par défaut

Une route par défaut est celle qui prendra en charge tout trafic qui n’a pas de correspondance spécifique dans la table de routage.

Ici dénotée par une * dans la table :

S* 0.0.0.0/0 [1/0] via 195.238.2.22

8. Routes dynamiques

Les protocoles de routage mettent en oeuvre le routage dynamique :

  • Ils ajoutent des destinations dans la table de routage.
  • Ils découvrent de nouveaux réseaux automatiquement.
  • Ils mettent à jour et maintiennent les tables de routage de manière cohérente entre les routeurs entre eux.

Les routeurs sont capables de découvrir de nouveaux réseaux en partageant des informations sur leurs tables de routage.

9. Maintenance de la table de routage

Les protocoles de routage sont utilisés pour se partager des informations concernant la topologie du réseau et maintenir leur table de routage en fonction de modifications logiques ou physiques de l’infrastructure réseau.

Exemple de protocoles de routage :

  • RIPv2
  • EIGRP
  • OSPFv2
  • OSPFv3
  • BGP

10. Conclusion

3 principes :

  • Les routeurs prennent leurs décisions de manière autonome, en se basant sur les informations de la table de routage.
  • Chaque table de routage peut contenir des informations différentes.
  • Une table de routage peut indiquer comment atteindre une destination mais pas son retour.

Laisser un commentaire