En Une :

Synthèse sur les routeurs Cisco et le routage IP

Cet article vise quatre objectifs : Composants et fonctions d'un routeur Cisco, Structure d'une table de routage, Routage statique et Protocoles de routage dynamique.

1. Composants et fonctions d'un routeur

Objectifs

  • Identifier et décrire les composants matériels et logiciels des routeurs
  • Décrire les modèles de routeurs

1.1. Un routeur est un ordinateur

Les fonctions de base d'un routeur :

  • Un routeur est un ordinateur spécialisé dans l'envoi de paquets à travers le réseau de données.
  • Il est responsable de l'interconnexion des réseaux en sélectionnant le meilleur chemin pour qu'un paquet soit acheminé jusqu'à sa destination.
  • Il transfère les paquets qui ne lui sont pas spécifiquement destinés.
  • Les routeurs sont le centre du réseau en son coeur.
  • Un routeur a généralement (au minimum) deux connexions :
  • une connexion WAN (vers un ISP/FAI)
  • une connexion LAN

Seuls les routeurs sont capables de transférer les paquets d'une interface à une autre.

Le routeur transfère le trafic en fonction de l’adresse IP destination trouvée dans le paquet; précisément, il compare cette destination à une entrée de sa table de routage.

Le routeur transfère le trafic qui ne lui est pas destiné, par définition.

Le routeur limite les domaines de broadcast sur chacune de ses interfaces.

Les routeurs arrivent à s'échanger entre eux des informations concernant les différentes destinations (des réseaux à joindre) grâce à des protocoles de routage.

Les routeurs examinent la destination d'un paquet IP et déterminent le meilleur chemin en fonction des entrées disponibles dans leur table de routage.

1.2. Composants d'un routeur Cisco

Software :

  • une sorte de BIOS : ROM Monitor Mode
  • un système d'exploitation : Cisco IOS (Internetwork Operating System)

Hardware :

  • CPU, RAM, NVRAM, Flash, ROM
  • Interfaces

Remarques :

  • Aujourd'hui, Cisco Systems propose des routeurs matériels et logiciels basés sur des plateformes Intel qui ne disposent pas de "ROM Monitor Mode".
  • IOS XR est une nouvelle version d'IOS entièrement réécrite qui profite d'une architecture Microkernel (QNX) performante (Multitâche préemptif et protection mémoire).

1.3. Mémoires

Mémoire exemple commande
RAM Fichier de configuration courante show running-config
RAM Tables de routage show ip [ipv6] route
RAM Cache ARP Cache ND show arp / show ipv6 neighbors
RAM Mémoire de travail show memory
Flash Emplacement de l'image IOS show flash
Flash Fichiers de configuration supplémentaires show flash
Flash Images supplémentaires de l'IOS show flash
NVRAM Fichier de configuration de démarrage show startup-config
NVRAM Registre de configuration show version
ROM POST, Bootstrap, Trouve et charge l'IOS, la configuration initiale Mode ROM Monitor ou RXBoot

1.4. Démarrage d'un routeur

Pour redémarrer un routeur Cisco :

Router#reload
  1. Test matériel
  • Power-On Self Test (POST)
  • Exécution bootstrap loader
  • Localisation et chargement de l’IOS
  • Localisation et chargement du fichier de configuration initiale (startup-config)
  • Ou mode "setup" et configuration courante vierge

Vérification du démarrage

La commande show version permet de connaître :

  • Le modèle exact de la plateforme
  • Le nom de l’image et la version de l’IOS
  • La version du Bootstrap dans la ROM
  • Le nom du fichier d’image et son emplacement
  • Le nombre et le type d’interfaces
  • La quantité de NVRAM
  • La quantité de Flash
  • La licence installée
  • La valeur du registre de configuration

Commande show version

R2#show version
Cisco IOS Software, C1900 Software (C1900-UNIVERSALK9-M), Version 15.1(4)M4, RELEASE SOFTWARE (fc2)
Technical Support: http://www.cisco.com/techsupport
Copyright (c) 1986-2007 by Cisco Systems, Inc.
Compiled Wed 23-Feb-11 14:19 by pt_team
ROM: System Bootstrap, Version 15.1(4)M4, RELEASE SOFTWARE (fc1)
cisco1941 uptime is 1 hours, 13 minutes, 25 seconds
System returned to ROM by power-on
System image file is "flash0:c1900-universalk9-mz.SPA.151-1.M4.bin"
Last reload type: Normal Reload
Cisco CISCO1941/K9 (revision 1.0) with 491520K/32768K bytes of memory.
Processor board ID FTX152400KS
2 Gigabit Ethernet interfaces
2 Low-speed serial(sync/async) network interface(s)
DRAM configuration is 64 bits wide with parity disabled.
255K bytes of non-volatile configuration memory.
249856K bytes of ATA System CompactFlash 0 (Read/Write)
License Info:
License UDI:
-------------------------------------------------
Device#   PID                   SN
-------------------------------------------------
*0        CISCO1941/K9          FTX152420YE
Technology Package License Information for Module:'c1900'
----------------------------------------------------------------
Technology    Technology-package          Technology-package
              Current       Type          Next reboot
-----------------------------------------------------------------
ipbase        ipbasek9      Permanent     ipbasek9
security      None          None          None
data          None          None          None

Configuration register is 0x2102

1.5. Interfaces d'un routeur

Le plan data est constitué d'interfaces qui sont des portes physiques qui activent la transmission de données. On y connecte des câbles avec des connecteurs.

Chaque interface connecte un réseau IP différent.

Types d'interfaces:

  • Wi-Fi
  • Ethernet
  • Serial
  • DSL
  • ISDN
  • Cable (DOCSIS)
  • ...

Interfaces LAN et WAN

Deux catégories d'interfaces :

  • Interface LAN

  • se connecte au réseau LAN

  • Dispose d'une adresse MAC

  • Peut se voir assigné une adresse IPv4 et des adresses IPv6

  • Format RJ-45 jack

Interface WAN

  • Utilisée pour offrir une connectivité extérieure au LAN
  • Selon la technologie WAN, une adresse de couche 2 peut être utilisée
  • Supporte IPv4/IPv6

Commandes de vérification des interfaces

Couche Commande Description
L1 show controllers S0/0 -
L1/L2 show interface G0/0 -
L1/L2/L3 show ip interface brief, show ipv6 interface brief -
L3 show ip interface, show ipv6 interface -

"Status" et "Protocol" des interfaces

La colonne "Status" dans les sorties fournit une information de couche physique L1. Elle peut connaître trois états :

Etat "Status" Description Remède
administratively down Administrativement désactivée no shutdown
down Activée mais ne reçoit aucun signal Vérifier les connecteurs et câbles
up fonctionnel sur le plan physique -

La colonne "Protocol" indique si le protocole L2 (Ethernet, PPP, HDLC, ...) est opérationnel. Elle connaît deux états :

Etat "Protocol" Description Remède
down problème d'encapsulation, de chiffrement, d'authentification vérifier les paramètres d'encapsulation et de configuration des utilisateurs et mots de passe.
up fonctionnel sur le plan de la couche 2 -

1.6. Domaines IP

Deux noeuds (hôtes, interfaces, cartes réseau, PC, smartphone, etc.) doivent appartenir au même réseau, au même domaine IP, pour communiquer directement entre eux.

Quand les noeuds sont distants, ils ont besoin de livrer leur trafic à une passerelle, soit un routeur.

Les routeurs utilisent l'adresse IP de destination des paquets pour prendre la décision de transfert :

  • Le chemin pris par un paquet est déterminé après consultation de table de routage
  • Ensuite le routeur détermine le meilleur chemin
  • Le paquet est encapsulé en trame, et puis la trame en signal binaire

Les routeurs couvrent les couches 1, 2 et 3 :

  • Ils reçoivent du signal binaire
  • Les bits sont décodés et passés à la couche 2
  • Il dés-encapsule la trame
  • le paquet passe à la couche 3
  • Décision de routage en fonction de l'adresse IP de destination
  • Le paquet est ré-encapsulé L2 et placé sur l'interface de sortie et puis sur le support physique.

1.7. Table de routage

Chaque machine de l'interréseau dispose de sa table de routage, soit pour chaque entrée :

  • Un réseau de destination et son masque
  • une interface de sortie et une passerelle

Commandes :

  • Sous Windows : route print, netsh interface ip show route
  • Sous GNU/Linux/MacOSX : netstat -r, ip route
  • Sous Cisco IOS : show ip route

Cette table sert à encapsuler le paquet (L3) sur la liaison (L2) la plus proche de la destination.

La passerelle par défaut est configurée statiquement, dynamiquement (IPv4) ou automatiquement (IPv6)

1.8. Logiciel de routage

Le fait qu’un ordinateur dispose de plusieurs interfaces connectées à différents réseaux n’en fait pas nécessairement un routeur.

Faut-il qu’un logiciel se charge de cette tâche.

Sur une machine Linux (net.ipv4.ip_forward), cette activation est triviale.

Aujourd'hui, Cisco a porté ses plateformes matérielles en machines virtuelles : CSR1000v, NX-OS, vIOS, ... mais à la concurrence aussi. Le Marketplace Appliance de GNS3 donne une idée du développement attendu dans les data centers et les solutions en nuage (cloud).

Sur un routeur Cisco, le routage IPv4 est activé par défaut. Par contre, il est désactivé par défaut en IPv6.

1.9. Modèles de routeurs

On peut s’informer sur les différentes catégories de routeurs chez :

  • Cisco Systems
  • Juniper Networks
  • HP
  • et bien d’autres

1.10. Formes de routeur

  • Routeur grand public
  • Routeurs d’accès
  • Routeur à services intégrés
  • Pare-feux NG
  • Routeur de datacenter
  • Routeur virtuel

2. Structure d'une table de routage

Objectifs :

  • Décrire les éléments et la structure d’une table de routage de routeur Cisco
  • Identifier les routes directement connectées
  • Identifier les routes statiques
  • Identifier une route statique par défaut
  • Configurer une route statique en Cisco IOS
  • Identifier une route dynamique
  • Identifier un protocole de routage

2.1. Routage : en bref

  • Les machines qui s'occupent d'acheminer les paquets d'une extrémité à l'autre de l'interréseau sont les routeurs
  • Ils fondent leurs décisions sur base des adresses IP contenues dans les paquets
  • Un routeur est une sorte de carrefour muni d'un panneau indicateur (table de routage)
  • Ils sont optimisés pour ces tâches (logiciel et matériel)
  • Ils commutent les paquets sur la meilleure interface de sortie

2.2. Table de routage d’un routeur

Une table de routage est une sorte de "panneau indicateur" qui donne les routes (les réseaux) joignables à partir du "carrefour" que constitue un routeur. Les paquets arrivent sur une interface de la machine. Pour "router" le paquet, le routeur fondera sa décision en deux temps : d'abord il regarde dans l'en-tête IP le réseau de destination et compare toutes les entrées dont il dispose dans sa table de routage; ensuite, si le réseau de destination est trouvé, il commute le paquet sur le bon port de sortie; si ce réseau n'est pas trouvé, le paquet est jeté.

2.3. Eléments d’une table de routage

  • Un réseau de destination et son masque = une ville
  • Une distance administrative/métrique = un kilométrage
  • Une passerelle/une interface de sortie = une direction

Les routes avec la métrique la plus faible sont toujours préférées.

2.4. Structure d'une table de routage

La table de routage fonctionne en RAM et comprend des informations telles que :

  • Les réseaux directement connectés - pour tout réseau directement connecté à une interface

  • Les réseaux distants joignables - pour tout réseau qui n'est pas directement connecté au routeur

  • Des informations détaillées à propos de ces destinations incluent l'adresse du réseau, son masque et l'adresse du prochain saut (routeur) vers la destination

  • show ip route ou show ipv6 route pour afficher la table de routage (activation du routage IPv6 avec la commande ipv6 unicast-routing)

2.5. Routes directement connectées

Comment ajouter un réseau à la table de routage ? En activant une interface du routeur.

  • Chaque interface d'un routeur est membre d'un réseau différent
  • Activé avec la commande no shutdown (et ipv6 enable)
  • Notée par un code "C" dans la table de routage

Pour qu'une route statique ou dynamique soit installée dans la table de routage, il faut au minimum un réseau directement connecté (pour transférer les paquets vers une passerelle).

2.6. Routes locales

Une route locale est une destination (/32ou /128) du routeur lui-même pour adresse routable configurée sur une interface et par opposition à une destination distante.

R1#sh ip route

      192.168.1.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C        192.168.1.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/0
L        192.168.1.254/32 is directly connected, GigabitEthernet0/0
      192.168.2.0/24 is variably subnetted, 2 subnets, 2 masks
C        192.168.2.0/24 is directly connected, GigabitEthernet0/1
L        192.168.2.254/32 is directly connected, GigabitEthernet0/1

On remarque que le trafic multicast IPv6 n'est pas transféré par défaut : via Null0.

R1#sh ipv6 route
IPv6 Routing Table - default - 5 entries
C   FD00:192:168:1::/64 [0/0]
     via GigabitEthernet0/0, directly connected
L   FD00:192:168:1::254/128 [0/0]
     via GigabitEthernet0/0, receive
C   FD00:192:168:2::/64 [0/0]
     via GigabitEthernet0/1, directly connected
L   FD00:192:168:2::FE/128 [0/0]
     via GigabitEthernet0/1, receive
L   FF00::/8 [0/0]
     via Null0, receive

2.7. Routes statiques

Routes statiques dans la table de routage :

  • la destination: le réseau à joindre et son masque
  • La direction : l'adresse IP de la passerelle ou l'interface de sortie
  • Dénotée par un S dans la table de routage

La table doit contenir au moins un réseau directement connecté

Quand utiliser des routes statiques ?

  • Quand l'inter-réseau n'est constitué que de quelques routeurs
  • Quand le routeur connecte un LAN à un FAI
  • Dans les topologies Hub-and-Spoke (en étoile)
  • Par mesure de sécurité

Examen d'une table de routage

Routes "Connected" et "Static" :

Gateway#show ip route
Codes: C - connected, S - static, I - IGRP, R - RIP, M - mobile, B - BGP
       D - EIGRP, EX - EIGRP external, O - OSPF, IA - OSPF inter area
       N1 - OSPF NSSA external type 1, N2 - OSPF NSSA external type 2
       E1 - OSPF external type 1, E2 - OSPF external type 2, E - EGP
       i - IS-IS, L1 - IS-IS level-1, L2 - IS-IS level-2, ia - IS-IS inter area
       * - candidate default, U - per-user static route, o - ODR
       P - periodic downloaded static route

Gateway of last resort is 195.238.2.22 to network 0.0.0.0

C    192.168.1.0/24 is directly connected, FastEthernet0/0
     195.238.2.0/30 is subnetted, 1 subnets
C       195.238.2.20 is directly connected, FastEthernet0/1
S*   0.0.0.0/0 [1/0] via 195.238.2.22

Route par défaut

Une route par défaut est celle qui prendra en charge tout trafic qui n'a pas de correspondance spécifique dans la table de routage.

Ici dénotée par une * dans la table :

S* 0.0.0.0/0 [1/0] via 195.238.2.22

2.8. Routes dynamiques

Les protocoles de routage dynamique :

  • Ajoutent des destinations dans la table de routage
  • Découvrent de nouveaux réseaux
  • Mettent à jour et maintiennent les tables de routage
  • Découvrent automatiquement les réseaux

Les routeurs sont capables de découvrir de nouveaux réseaux en partageant des informations sur leurs tables de routage.

2.9. Maintenance de la table de routage

Les protocoles de routage dynamique sont utilisés pour se partager des informations concernant la topologie du réseau et maintenir leur table de routage en fonction de modifications logiques ou physiques de l'infrastructure réseau.

Exemple de protocoles de routage :

  • RIPv2
  • EIGRP
  • OSPFv2
  • OSPFv3
  • BGP

2.10. Conclusion

3 principes :

  • Les routeurs prennent leurs décisions de manière autonome, en se basant sur les informations de la table de routage
  • Chaque table de routage peut contenir des informations différentes
  • Une table de routage peut indiquer comment atteindre une destination mais pas son retour

3. Configuration du routage statique

3.1. Configuration d’une route statique

(config)#ip route network mask {address|interface} [AD]

où :

  • network : est l'adresse du réseau à joindre
  • mask : est le masque du réseau à joindre
  • address : est l'adresse du prochain routeur directement connecté pour atteindre le réseau
  • interface : est l'interface de sortie du routeur pour atteindre le réseau
  • AD : distance administrative optionelle (1, par défaut)

3.2. Premier exemple

Par exemple, à partir du routeur A, le réseau 200.150.75.0/24 est joignable par l'interface Serial 0/0 par la passerelle (prochaine adresse IP) 192.168.1.2 :

RA(config)#ip route 200.150.75.0 255.255.255.0 serial 0/0

Notons qu'une route directement statique "connectée" à une interface a toujours une distance administrative de 0. Le réseau à joindre est censé être directement connecté. Mais cela ne fonctionne que sur les interfaces point à point.

Par contre en précisant l'adresse du prochain saut, la distance administrative sera fixée à 1.

RA(config)#ip route 200.150.75.0 255.255.255.0 192.168.1.2

Les routes statiques ipv6 se configurent de la même manière qu'en IPv4. On conseillera d'utiliser des passerelles adressées en Link-local ce qui nécessitera de préciser l'interface de sortie et l'adresse du prochain saut.

3.3. Second exemple

image

Sur R1 :

R1(config)#ip route 192.168.2.0 255.255.255.0 192.168.3.2
R1(config)#ipv6 route 2001:db8:1ab:2::/64 g0/2 fe80::2

Sur R2 :

R2(config)#ip route 192.168.1.0 255.255.255.0 192.168.3.1
R2(config)#ipv6 route 2001:db8:1ab:1::/64 g0/1 fe80::1

3.4. Configuration d'une route statique par défaut

Sur R1 :

R1(config)#ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 192.168.3.2
R1(config)#ipv6 route 2000::/3 g0/2 fe80::2

Sur R2 :

R2(config)#ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 192.168.3.1
R2(config)#ipv6 route 2000::/3 g0/1 fe80::1

3.5. Route statique flottante

Une route statique flottante est une route statique qui pendra le relais en cas de rupture de la meilleure liaison. Elle peut servir de mécanisme de backup. Une route statique flottante se configure avec une distance administrative plus élevée qu'une route apprise autrement.

4. Protocoles de routage dynamique

Principes, classification, métrique, distance administrative

Objectifs :

  • Décrire le rôle des protocoles de routage dynamique.
  • Catégoriser les protocoles de routage.
  • Identifier, décrire et expliquer les notions de métrique et de distance administrative

4.1. Objectifs des protocoles de routage

  • Découvrir dynamiquement les routes vers les réseaux d'un interréseau et les inscrire dans la table de routage.
  • S'il existe plus d'une route vers un réseau, inscrire la meilleure route dans la table de routage.
  • Détecter les routes qui ne sont plus valides et les supprimer de la table de routage.
  • Ajouter le plus rapidement possible de nouvelles routes ou remplacer le plus rapidement les routes perdues par la meilleure route actuellement disponible.

4.2. Fonctionnement

Un protocole de routage transporte notamment des informations sur les différentes routes dans l’interréseau mais aussi des messages de maintien de relations de voisinage.

Chaque routeur reçoit et envoie des informations de routage.

Il applique un algorithme qui optimise ces informations en chemins cohérents.

4.3. Routage statique versus routage dynamique

Avantages du routage statique :

  • Peut servir de mécanisme de backup
  • Facile à configurer
  • Aucune ressource supplémentaire nécessaire
  • Plus sécurisé

Désavantages du routage statique :

  • Chaque changement dans la topologie nécessite une intervention manuelle sur les routeurs
  • Cette méthode ne convient à la croissance des réseaux larges

4.4. AS, routage intérieur et extérieur

  • Un système autonome (AS) est un ensemble de réseaux sous la même autorité administrative (autorité de gestion).
  • Au sein d'un système autonome, les routes sont générées par des protocoles de routage intérieurs comme RIP, EIGRP, OSPF ou ISIS.
  • Les protocoles de routage qui permettent de connecter les systèmes autonomes entre eux sont des protocoles de routage extérieurs comme EGP ou BGP.
  • Dans le contexte de l'interconnexion mondiale des réseaux, l'IANA assigne un numéro d'AS (16/32 bits).

Dans ce scénario, R1 est le routeur ISP qui annonce une route par défaut. R2 annonce un réseau public 2.2.2.0/24.

4.5. Protocole à vecteur de distance

  • Un protocole de routage à vecteur de distance est celui qui utilise un algorithme de routage qui additionne les distances pour trouver les meilleures routes (Bellman-Ford).
  • Les routeurs envoient l'entièreté de leur table de routage aux voisins.
  • Ils sont sensibles aux boucles de routage.
  • Dans ce type de protocole, aucun routeur ne remplit de fonction particulière. On parlera de connaissance "plate" de l'interréseau ou de routage non-hiérarchique.
  • Ils convergent lentement.
  • On citera RIP comme étant représentatif. EIGRP est aussi un protocole à vecteur de distance entièrement optimisé par Cisco Systems.

4.6. Protocole de routage à état de liens

  • Un protocole de routage à état de liens utilise un algorithme plus efficace (Dijkstra ou Shortest Path First) mais aussi plus gourmand en termes de consommation de ressources CPU/RAM.
  • Les routeurs collectent l'ensemble des coûts des liens d'un interréseau et construisent de leur point de vue l'arbre de tous les chemins possibles. Les meilleures routes sont alors intégrées à la table de routage.
  • On parlera de routage hiérarchique.
  • On citera OSPF et IS-IS.
  • Ils convergent très rapidement.
  • Les routeurs entretiennent des relations de voisinage maintenues.

4.7. EIGRP

  • Protocole propriétaire Cisco récemment publié sous le RFC 7868 (Informational)
  • Protocole à vecteur de distance (algorithme DUAL) sans boucles.
  • Multi-protocoles : supporte IPv4 aussi bien qu'IPv6.
  • Mises à jour partielles / incrémentielles
  • Simple à configurer et à maintenir : préféré dans des infrastructures homogènes Cisco.
  • Met aussi en oeuvre des relations de voisinage maintenues.
  • Calcule d'avance des routes sans boucle alternatives aux meilleures routes.
  • Est capable de répartition de charge inégale
  • Converge rapidement (comparable à OSPF)

4.8. Routage Classful

  • RIPv1 et IGRP (Cisco) sont aujourd’hui des protocoles obsolètes.
  • Les protocoles classful n’embarquaient pas d’informations sur les masques des réseaux ce qui les rendait incompatibles avec le CIDR (Classless Inter Domain Routing), se basant uniquement sur la nature d'une classe réseau pour distinguer des découpages en sous-réseaux homogènes.

4.9. Classification des protocoles de routage

image

4.10. Convergence

La convergence est le temps pour qu'un ensemble de routeurs puissent avoir une vision homogène, complète et efficace de l'ensemble des routes d'un interréseau. Le temps de convergence est particulièrement éprouvé lorsqu'il y a des modifications topologiques dans l'interréseau.

4.11. Métrique

La métrique d'une route est la valeur d'une route en comparaison d'autres routes apprises par le protocole de routage. Plus sa valeur est faible, meilleure est la route. Chaque protocole dispose de sa méthode de valorisation. On peut trouver toute une série de composantes de métrique parmi :

  • nombre de sauts (RIP)
  • bande passante (EIGRP)
  • délai (EIGRP)
  • charge (EIGRP)
  • fiabilité (EIGRP)
  • coût (OSPF)

4.12. Distance administrative d’une route

La distance administrative est la préférence dans une table de routage pour des routes apprises par un protocole de routage par rapport aux mêmes routes apprises par un autre protocole de routage.

Plus la valeur est faible et plus le protocole est préféré.

Par défaut, une route EIGRP sera préférée à une route RIP; une route statique sera préférée à toute autre route dynamique.

Valeurs par défaut de distance administrative

Méthode de routage Distance administrative
Réseau connecté 0
Route statique 1
Ext-BGP 20
Int-EIGRP 90
OSPF 110
IS-IS 115
RIP 120
Int-BGP 200
Inconnu 255

4.13. Identification dans la table de routage

1.0.0.0/32 is subnetted, 3 subnets
 R 1.1.1.1 [120/1] via 10.1.1.1, 00:00:15, FastEthernet0/0
 R 1.3.3.3 [120/1] via 10.1.1.1, 00:00:15, FastEthernet0/0
 R 1.2.2.2 [120/1] via 10.1.1.1, 00:00:15, FastEthernet0/0
2.0.0.0/32 is subnetted, 1 subnets
 C 2.2.2.2 is directly connected, Loopback0
33.0.0.0/32 is subnetted, 1 subnets
 O 33.33.33.33 [110/2] via 10.2.2.3, 00:01:08, FastEthernet1/0
111.0.0.0/32 is subnetted, 1 subnets
 D 111.111.111.111 [90/156160] via 10.1.1.1, 00:01:23, FastEthernet0/0
10.0.0.0/24 is subnetted, 2 subnets
 C 10.2.2.0 is directly connected, FastEthernet1/0
 C 10.1.1.0 is directly connected, FastEthernet0/0

4.14. Répartition de charge

Ce que l'on appelle communément “Load Balancing” est la capacité pour un routeur de supporter plusieurs chemins à coût égaux vers une destination.

Il en résulte que les paquets vers une même destination sont répartis sur plusieurs interfaces.

Le protocole EIGRP est capable de répartir la charge sur des liens inégaux sous certaines conditions.

4.15. Synthèse Interior Gateway Protocols

Vecteur de distance Etat de lien
Algorithme Bellman-Ford (RIP) Algorithme Dijkstra (OSPF)
Facile à configurer Compétences requises
Partage des tables de routage Partage des liaisons
Réseaux plats Réseaux conçus (design) organisés en areas
Convergence plus lente Convergence rapide, répartition de charge
Topologies limitées Topologies complexes et larges
Gourmand en bande passante Relativement discret
Peu consommateur en RAM et CPU Gourmand en RAM et CPU
Mises à jour régulière en broadcast/Multicast Mises à jour immédiate
Pas de signalisation Signalisation fiable et en mode connecté
RIPv1 - UDP520 - 255.255.255.255, RIPv2 - UDP520 - 224.0.0.9, EIGRP - Cisco Systems (DUAL) OSPFv2/v3 - IP89 - 224.0.0.5, 224.0.0.6, FF02::5, FF02::6, IS-IS
Author image
Francois Goffinet est formateur Cisco Systems depuis 2002. Passionné des technologies des réseaux, de virtualisation et en nuage, Web et de cybersécurité souvent en Open Source ou Unix-Like, devops.